Syndrome de la femme battue : « Le plus dur, c’est de vivre avec », témoigne Valérie Bacot

Le tribunal de Saône-et-Loire l’a condamnée à 4 ans de prison dont 3 avec sursis, elle sortira donc libre de la cour d’assises ayant déjà effectué une année en détention provisoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *